Les résultats du Baromètre des villes cyclables 2021

À l’occasion de son congrès annuel ce mois-ci, la FUB a dévoilé les résultats et le palmarès du Baromètre des villes cyclables, édition 2021, la plus grande enquête citoyenne sur le vélo dans le monde !

L’enquête du Baromètre des villes cyclables 2021 était accessible en ligne sur le site barometre.parlons-velo.fr du 14 septembre 2021 au 30 novembre 2021.  Pendant cette période, les usager·ère·s du vélo ont été invité·e·s à répondre à un questionnaire en ligne afin d’exprimer leurs attentes et ressentis concernant leurs déplacements à vélo au quotidien.

En 2021, la mobilisation fut plus forte que jamais, elle a recueilli 277 384 contributions (+ 50 % par rapport à l’édition de 2019)

Source : https://barometre.parlons-velo.fr/2021/

Pour chacune des 26 questions, réparties en cinq thématiques, les personnes répondantes ont pu attribuer une note entre 1 (négatif) à 6 (positif). Une note globale (moyenne à 3,5) a été calculée pour chaque ville à partir de la moyenne des cinq thématiques : 
• ressenti général,
• sécurité,
• confort,
• efforts de la commune,
• stationnement et services vélo.

En fonction de la note globale attribuée par les français.ses, les villes ont été catégorisées sur une échelle de A+ à G allant de “climat vélo excellent” à “climat vélo très défavorable”. Les scores obtenus ont également permis d’établir un classement des communes à travers 5 catégories : grandes villes, communes de banlieues, villes moyennes, petites villes, et bourgs et villages.

Seules les communes ayant atteint un minimum de 50 réponses de cyclistes ont été classées.
Et c’est 1 625 communes regroupant 35,3 millions d’habitant·e·s qui ont été qualifiées au Baromètre des Villes cyclables (+ 107 % par rapport à l’édition de 2019) et 8 111 communes avec au moins une réponse de cycliste.
Ont aussi été comptabilisées, 1 176 857 contributions cartographiques (points à améliorer, progrès, besoins en stationnement vélo).


Voici quelques chiffres au niveau national

  • 90% de personnes se déclarant cyclistes
  • 10% de personnes se déclarant non-cyclistes
  • 46 % de femmes 54 % d’hommes
  • 76,4 % circulent à vélo au moins une fois par semaine dont 42,7% circulent à vélo tous les jours ou presque (-16,7% vs 2019

Déplacements utilitaires 68 % (vs 71% en 2017)
Loisirs 62 % (vs 55% en 2017)
Se rendre au travail et à l’école 60 % (vs 69% en 2017)

Ressenti au niveau national

  • 64 % des personnes répondantes trouvent que les conditions pour l’usage du vélo sont mauvaises
  • 47,8 % des personnes répondantes estiment que la situation est restée identique pour les cyclistes sur les deux dernières années
  • 36,5 % qu’elle s’est améliorée et 15,8 % qu’elle s’est dégradée
  • 50 % des communes qualifiées ont moins de 10 000 habitant·es

Des chiffres qui reflètent le ressenti général et l’attente des Français.es sur l’émergence d’un véritable système vélo !

Et quelle est la situation dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ?
19 008 participations (+ 49 % par rapport à l’édition de 2019)

Profil des répondant·es cyclistes dans la région : 

  • Répartition par genre : 46 % de femmes et 54 % d’hommes
  • Tranches d’âge qui ont le plus répondu : 35-44 ans (27 % de 35-44 ans 22 % de 45-54 ans)
  • Motifs d’usage principaux : déplacements utilitaires, Loisirs

20 communes dans les Alpes-Maritimes ont rassemblé suffisamment de contributions (50 minimum) pour recevoir leur évaluation, mais les villes de la Côte d’Azur ont encore du travail…

Aucune commune de notre département n’a obtenu une note supérieure à C dans le système de notation allant de G (“très défavorable”) à A+ (“excellent”). La note moyenne des villes azuréennes est 2,58 (sur 5), en dessous de la moyenne nationale calculée à 2,98. 

La seule bonne nouvelle est que la note globale des communes est en progression par rapport au dernier baromètre publié en 2019 (2,98).

Villeneuve-Loubet est la commune qui a obtenu la meilleure note dans les Alpes-Maritimes avec un C (“plutôt favorable”) et une note de 3,86. 
Elle devance Mouans-Sartoux qui obtient aussi un C avec une note de 3,69 et c’est Valbonne qui complète le podium avec un E et une note de 3,01. 
À noter également que Pégomas enregistre la meilleure progression entre 2019 et 2021 (+ 0,39).

On retiendra aussi que six communes des Alpes-Maritimes ont obtenu un G (“très défavorable”), la pire appréciation possible du baromètre : Roquebrune-Cap-Martin, Menton, Vallauris, Le Cannet, Beaulieu et Roquefort-les-pins.


1. VILLENEUVE-LOUBET (13e de la catégorie Communes de banlieues) – Appréciation : C – Note : 3,86
2. MOUANS-SARTOUX – Appréciation : C – Note : 3,69
3. VALBONNE – Appréciation : C – Note : 3,01

Et où se place “Nissa la Bella” dans ce classement ?

Nice est la seule ville du département dans la catégorie “grandes villes” et malgré les kilomètres de nouvelles pistes ou voies cyclables créées suite au premier confinement, elle obtient la note F (“défavorable”) avec une note de 2,6, soit juste au-dessus de la moyenne départementale. 

Dans cette catégorie, c’est Grenoble qui obtient la meilleure note avec 4,21, devant Strasbourg (4,18) et Rennes (3,74). 

Récapitulatif des notes des 20 communes qualifiées dans les Alpes-Maritimes :

1. Villeneuve-Loubet : 3,86
2. Mouans-Sartoux : 3,69
3. Valbonne : 3,01
4. Cagnes-sur-mer : 2,88
5. Cannes : 2,86
6. Mandelieu-la-Napoule : 2,86
7. Pégomas : 2,82
8. Mougins : 2,72
9. Nice : 2,6
10. Biot : 2,48
11. Saint-Laurent-du-Var : 2,39
12. Grasse : 2,35
13. Antibes : 2,32
14. Vence : 2, 31
15. Roquefort-les-Pins : 2,29
16. Beaulieu-sur-mer : 2,22
17. Le Cannet : 2,22
18. Vallauris : 2,2
19. Menton : 2,02
20. Roquebrune-Cap-Martin : 1,63


Le Baromètre, matrice des politiques locales de développement de l’usage du vélo

S’appuyant sur une méthodologie robuste et prouvée en Allemagne, transcrite dans le contexte français depuis 2017, le Baromètre des villes cyclables est un outil connu et reconnu dans les politiques cyclables. Il est utile à chaque niveau de l’action publique locale : pour faire émerger et mettre en forme une demande citoyenne latente ; pour mettre en exergue les principaux enjeux et guider l’élaboration d’une stratégie ; pour prioriser la mise en œuvre ; et enfin pour évaluer le chemin parcouru et ce qu’il reste accomplir.
Depuis les élections locales de 2020 et 2021, tous les échelons de collectivités, les élues engagent de nouveaux projets. Le Baromètre arrive à point nommé pour établir le point zéro de début de mandat, et poser les jalons de l’action publique des années à venir.

Et n’oubliez pas qu’il n’y aura pas de transformation des territoires sans construction avec les usagers.
Cette édition 2021 met enfin en exergue que ce qui était satisfaisant hier ne l’est plus forcément aujourd’hui et que tant de choses restent à construire, même dans les communes les plus favorables au vélo !

Source : https://barometre.parlons-velo.fr/2021/

Partagez cet article !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin